The death of Blessing Matthews – a counter-investigation on violence at the alpine frontier

La demande de justice et vérité pour Blessing

Executive summary

Introduction

On 9 May 2018, the body of a young black woman was discovered in the Durance River, stuck in the dam of Prelles, a small village in the municipality of Saint-Martin-de-Queyrières, downstream from Briançon in the French Hautes-Alpes.

The French-Italian border region in the Hautes-Alpes.

The young woman was identified a few days later as Blessing Matthew, aged 21 and originally from Nigeria. She was last seen alive on 7 May in the village of La Vachette, 15 kilometres from the French-Italian border, when the mobile gendarmerietried to stop her and her two fellow travellers, Hervé S. and Roland E.

Beyond the grief of her family and her two fellow travellers, Blessing’s death led to a public outcry, as it materialised civil society’s fears that the militarisation of the Alpine border might endanger the lives of transiting migrants. Blessing Matthews’ death was the first documented case of a migrant dying in the region of Briançon since border controls were re-established at the border with Italy in 2015. Two more people have died in the region since.

On 14 May 2018, Tous Migrants, an NGO defending migrants’ rights of based in the region, sent a report concerning Blessing’s death to the Gap public prosecutor, outlining the facts reported by one of the two fellow travellers who accompanied her on the day of her death. This report was followed by a legal complaint filed on 25 September 2018 by one of Blessing’s sisters, Christiana Obie, to the Gap public prosecutor for “endangering the life of others” and “manslaughter”.

On 10 December 2018, the judicial police officer in charge of the investigation sent the summary of results of the investigation to the tribunal in Gap, which concluded that the constituent elements of the alleged offences had not been demonstrated.

On 3 May 2019, Blessing’s sister and Tous Migrants filed a new civil suit. On 18 June 2020, the Gap court declared the complaint inadmissible and dismissed the case ab initio. The order of the investigating judge was confirmed by the investigating chamber of the Grenoble Court of Appeal on 9 February 2021.

To date, the judicial process has failed to shed light on the circumstances that led to Blessing’s death, or to determine who was responsible for it. However, Blessing’s family has not given up its quest for truth and justice. In the words of Christiana Obie, “my sister will continue to scream” until the truth is known and justice is done.

It is to support the demand for truth and justice of Blessing’s family’s that Border Forensics has conducted a counter-investigation, in collaboration with Tous Migrants and thanks to the fundamental testimony of one of her fellow travellers, Hervé. But the stakes of our investigation go well beyond this specific case. The death of Blessing is only one of 46 deaths recorded at the French-Italian border since 2015. No responsibility has been established so far for any of these deaths. The practice of endangering migrants’ lives at the border has thus been allowed to continue unchallenged. We hope that this investigation will contribute to ending this impunity, and to put an end to these practices.

Methodology and outline

Through a reconstruction of the events in space and time, based on the confrontation of multiple sources of data and evidence, we have reconstructed as precisely as possible the events leading up to Blessing’s fall into the Durance, which had been blurred by the omissions and contradictions of the judicial police investigation.

Our analysis was carried out in several stages and by combining different methods, each of which revealed new elements concerning Blessing’s death.

First, we analysed the political and legislative context and the border control practices in the Alps which shaped the conditions of Blessing’s death. First, we synthesised the scientific literature and the reports of associations. In addition, Sarah Bachellerie and Cristina Del Biaggio created a database of cases of migrants who died while trying to cross the borders cutting across the Alpine territory, and analysed a database of pathologies documented among migrants in the Briançon region.

Our research shows that 87 people have died crossing the Alpine borders since 2015, when the Alpine states closed their Schengen internal borders. We also note that the French-Italian border is the deadliest within the Alpine space, with 46 deaths identified. Furthermore, we show that the danger to which migrants are subjected tois also measured in a large number of pathologies identified in connection with border crossings. Finally, our research shows that in the area of Briançon, police practices that violate the rights of migrants and endanger their lives  (chases, physical and verbal violence at the border crossing point in Montgenèvre) were particularly recurrent in the months and weeks preceding and following Blessing’s death. Our analysis of practicescontrol and their effects indicates that Blessing’s death is not an isolated event, but the result of a conjuncture of political decisions and police practices that endanger migrants from the “Global South” in their crossing of the Alpine borders.

Secondly, on the basis of the precise elements noted by Tous Migrants in the criminal file and which they then transmitted to us in the form of notes, we analysed the statements of the gendarmes mobile who were patrolling La Vachette on the night of Blessing’s death. These gendarmes were, along with Blessing’s two travelling companions, the last people to see her alive. We verified the plausibility of the elements described in their statements in space and time, by reconstructing them in the village of la Vachette and then mapping them, which enabled us to detect numerous contradictions.

While the judicial police investigation constructed a homogeneous narrative from the gendarmes’ contradictory statements and concluded that they had done everything possible to “keep [Blessing and his companions] out of the danger zone”, we demonstrate that the gendarmes’ statements contradict each other, and that the events they describe are inconsistent with the constraints of space and time. Moreover, contrary to what the results of the criminal investigation claim, the gendarmes’ accounts do not enable us to exclude the possibility that they endangered Blessing.

Thirdly, we went to La Vachette with Hervé S., one of Blessing’s fellow travellers who was at her side during what he describes as a chase, until Blessing fell into the river. This direct witness was not heard in the judicial police investigation. His testimony is accurate and consistent, and is corroborated by several other testimonies as well as material evidence. It sheds a fundamentally new light on the events leading up to Blessing’s death, and contradicts both the statements of the gendarmes and the conclusions of the criminal investigation. It describes for the first time the circumstances and location of her fall.

Hervé declares that he saw the gendarmes chasing Blessing through a garden on the right bank of the Durance, until she reached the impassable boundary of the river. Then he saw a gendarme grab her arm and, as she tried to free herself from his grip, she fell into the water. After she fell, according to Hervé, the gendarmes stayed in the garden without helping her.

We conclude with a synthesis of the new elements brought by our counter-investigation to the understanding of the circumstances of Blessing’s death:

  • Our analysis shows that the gendarmes’ statements are contradictory and inconsistent. Contrary to what the conclusions of the judicial police investigation claims, the statements of the gendarmes on which the investigation is based do not allow us to conclude that there was no chase and no endangerment of Blessing by the law enforcement officials.
  • We demonstrate that Hervé S.’s account of the facts, describing the chase, the place and location of Blessing’s fall and the involvement of the gendarmes in it is corroborated by several testimonies and material evidence. Our analysis of the recurrent and documented police practices of endangerment at the border in the Briançon area lends further credibility to the description of the events described by Hervé and contributes to casting doubt onto the gendarmes’ statements.

Our analysis discredits the conclusions of the judicial police investigation that led to the closure of the judicial proceedings. The new evidence we present indicates that by pursuing Blessing, the gendarmesmay have put her in danger, leading to her fall into the Durance and her death.

This analysis lends support to request to reopen the investigation, a step which is essential to definitively establish the sequence of events that led to Blessing’s death and to determine those responsible it.

Lire la suite en français:

Afin de ne pas réduire la vie de Blessing aux circonstances de sa mort, nous avons souhaité rendre compte de qui était Blessing Matthew. Pour ce faire, nous sommes allé·es à la rencontre de sa famille. Notre contre-enquête pour Blessing répond à la volonté de répondre à la demande de vérité et de justice de sa famille, et aussi à lui rendre hommage.

>>> Elle s’appelait Blessing Matthew

Si la mort de Blessing et les circonstances qui ont conduit à sa chute dans la Durance ont beaucoup ému la communauté briançonnaise et au-delà, seuls des fragments de sa vie ont été rendus publics : son âge, son pays d’origine et une photo, où elle pose le jour de la remise de son diplôme de bac.

Blessing le jour de remise de son diplôme de bac
Blessing Matthew photographiée le jour de la remise de son diplôme de baccalauréat, photo partagée par sa sœur Christiana Obie

Pour comprendre qui était Blessing, et comment elle s’est retrouvée à franchir la frontière haute-alpine cette nuit du 7 mai 2018, nous avons rencontré, en février 2022, Christiana Obie et Happy Matthew, les deux sœurs de Blessing vivant en Italie.

Grâce à elles, nous avons reconstitué le parcours de Blessing depuis le Nigeria jusqu’en Italie, où vivait déjà leur sœur aînée, Christiana. Parties ensemble début 2016 du Nigeria, Blessing et Happy ont été bloquées en Libye quelques mois, puis ont traversé la Méditerranée à l’automne 2016 sur deux bateaux distincts. Alors que celui de Blessing est arrivé en Italie, celui de Happy a été arrêté par les garde-côtes. Après avoir été refoulée vers la Libye, elle a été ensuite renvoyée au Nigeria, d’où elle est repartie vers l’Italie en repassant par la Libye et la Méditerranée. Durant son séjour en Italie, Blessing a été hébergée dans un centre d’accueil pour demandeur·es d’asile à Turin, jusqu’à début mai 2018 où elle décide de partir en France. Le soir du 6 mai, Blessing a appelé pour la dernière fois sa sœur Happy, récemment débarquée en Italie, pour l’informer qu’elle comptait traverser la frontière à pied, car elle n’avait toujours pas de papiers ni de travail en Italie.

Des frontières alpines devenues mortelles

Les Alpes érigées en frontière

Lorsqu’en mai 2018 Blessing a décidé de rejoindre la France depuis l’Italie, devant elle s’étendaient les Alpes, un massif montagneux érigé en frontière.

Les Alpes se situent à l’intérieur de l’espace Schengen, ce territoire dont la libre-circulation est un principe fondateur. Or, comme l’indique Sara Casella-Colombeau, l’espace de libre circulation mis en place sur le territoire européen « n’a pas empêché le maintien de mécanismes de contrôle aux frontières nationales internes »1https://www.cairn.info/revue-plein-droit-2010-4-page-12.htm.

Personnes en migration décédées en tentant de traverser les frontières alpines.

Dans le contexte d’un mouvement migratoire important en 2015, les États européens, et en particulier ceux limitrophes de l’Italie (Autriche2Dans un arrêt du 26 avril 2022, la Cour de justice européenne (CJUE), saisie par une juridiction autrichienne, rappelle que le rétablissement des contrôles aux frontières ne peut être restauré que de manière exceptionnelle et pour une période de six mois maximum (Aff. C-368/20 et C-369/20). URL : https://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf%3Bjsessionid=B17E75E03D5D80F48E256360EF118B32?text=&docid=258262&pageIndex=0&doclang=FR&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=604509, Suisse et France), ont rétabli les contrôles systématiques à leurs frontières. On observe ainsi, dès 2016, une fermeture progressive des « passages alpins » pour les personnes en provenance du « Sud Global » qui, comme Blessing venant du Nigeria, n’ont pas accès à des visas pour entrer et séjourner sur les territoires de l’Union européenne (UE).

Le long des frontières extérieures et intérieures de l’UE, de plus en plus de violations des droits fondamentaux des personnes en migration sont alors signalées. Face au risque d’être refoulé·es, les exilé·es sont contraint·es de contourner les postes-frontière et d’emprunter d’autres chemins, plus dangereux.

Notre recherche montre que cette fermeture a entraîné une multiplication des accidents et des décès de personnes en migration lorsqu’elles tentent de traverser des frontières alpines : 87 personnes ont perdu la vie ainsi depuis 2015. C’est à la frontière franco-italienne qu’est comptabilisé le plus grand nombre de décès, avec 46 cas répertoriés depuis 2015.

Ce chiffre important s’explique par la conjonction d’un nombre accru de traversées de cette frontière avec des politiques particulièrement restrictives instituées par la France. En effet, le 22 octobre 2015 la France rétablit « temporairement » les contrôles fixes à ses frontières en plus de la zone de contrôle mobile de 20 kilomètres prévue dans le Code frontières Schengen. Ce mécanisme sera renouvelé avec la proclamation de l’état d’urgence suite aux attentats de novembre 2015, et est encore en vigueur aujourd’hui3Le 10 mai 2022, la Ligue des Droits de l’Homme, l’Anafé, la Cimade et le Gisti ont déposé un  recours en annulation, assorti d’un référé-suspension, à l’encontre de la décision du Premier ministre de prolonger la réintroduction temporaire des contrôles à l’ensemble des frontières intérieures de la  zone Schengen du 1er mai 2022 au 31 octobre 2022. URL : https://www.ldh-france.org/la-ldh-lanafe-la-cimade-et-le-gisti-contestent-la-prolongation-injustifiee-du-controle-aux-frontieres-interieures-mise-en-oeuvre-par-le-gouvernement-francaise/ . Le 30 octobre 2017 une nouvelle loi ajoute une zone de 10 kilomètres autour de chaque poste-frontière et gares internationales où la police peut procéder à des contrôles d’identité4https://www.editions-legislatives.fr/actualite/la-loi-renforcant-la-lutte-contre-le-terrorisme-etend-a-nouveau-les-controles-d-identites-frontalier .

« Pas encore de mort·es, mais cela viendra, Monsieur le Président »

À partir de 2017, de plus en plus d’exilé·es tentent de franchir la frontière par les Hautes-Alpes, depuis la Vallée de Suse. Dès juin 2017, le Ministère de l’Intérieur envoie des renforts de gendarmerie mobile et de l’armée en appui à la police aux frontières, pour renforcer les contrôles migratoires. Cela n’a pour autant pas découragé les personnes à la recherche d’un refuge de tenter de rejoindre la France par ce passage, comme le démontre le graphique des arrivées au Refuge Solidaire de Briançon.

Durant cette période, les associations de défense des droits des étrangèr·es présentes sur place ont non seulement constaté une recrudescence du nombre de personnes refoulées vers l’Italie, mais également une augmentation des pratiques policières mettant en danger les exilé·es5Le rapport d’observation de l’Anafé Persona non grata publié en 2019 conclut qu’à la frontière franco-italienne, « les personnes exilées font quotidiennement l’objet de pratiques illégales de l’administration française qui ne respecte pas la législation en vigueur, met en œuvre des procédures expéditives et viole les droits humains et les conventions internationales pourtant ratifiées par la France ». URL : http://www.anafe.org/spip.php?article520. Ainsi, le 19 août 2017, deux jeunes hommes font une chute de 40 mètres dans un ravin en s’enfuyant à la vue des gendarmes, cachés dans un tunnel. L’un d’eux en reste blessé à vie. Le passage de la frontière marque également les corps de manière non-létale, comme le montre l’analyse des données récoltées par les permanences médicales du Briançonnais (voir encadré).

Poste-frontière de Montgenèvre, mars 2021.

En décembre 2017, le Collectif Citoyen de Névache avait déjà alerté du danger de mort encouru par les exilé·es dans le Briançonnais, dans une lettre ouverte adressée au président de la République française, Emmanuel Macron :

« Au cours du mois de décembre, nous avons dû, à six reprises au moins, faire appel au ‘Secours en Montagne’ pour […] éviter la mort [de migrants], non sans éviter gelures et traumatisme divers. Pas encore de morts reconnus, mais cela viendra, Monsieur le Président. »6https://www.laprovence.com/article/societe/4774520/briancon-le-collectif-citoyen-de-nevache-adresse-une-lettre-ouverte-au-chef-de-letat.html

La mort de Blessing, seulement quelques mois plus tard, donnera ainsi raison aux avertissements de la lettre au Président Macron.

Lettre ouverte du Collectif Citoyen de Névache adressée au président de la République française, Emmanuel Macron. Décembre 2017.

Au-delà des mort·es, l’impact de la frontière sur la santé des personnes qui la franchissent

À partir des données récoltées dans le cadre d’une thèse en médecine soutenue par Chloé Lecarpentier en 20197https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02172311 , nous avons produit des statistiques montrant les effets de la traversée de la frontière sur la santé des personnes qui la franchissent.

Les données portent sur une période de 19 mois, allant de mai 2017 à novembre 2018. Sur les 1637 personnes qui ont été examinées par un médecin à l’hôpital de Briançon ou à la cellule médicale du Refuge Solidaire après avoir traversé la frontière, 385 pathologies (23,5 %) peuvent être attribuées au passage de la frontière lui-même (pathologies liées au froid et traumatismes).

Type de pathologies recensées et estimation du temps de guérison. Données récoltées dans les permanences médicales de Briançon (Hôpital de Briançon et cellule médicale du Refuge Solidaire, mai 2017-novembre 2018) par Chloé Lecarpentier, codées par Cristina Del Biaggio et Agnès Peltier.

Nous avons également, à partir des mêmes données, essayé d’apprécier la gravité des blessures et douleurs musculaires, en évaluant le temps de guérison probable. Les résultats montrent que, sur 301 cas, pour 245 d’entre eux une guérison en quelques semaines semble probable. Dans 11 cas le temps de guérison est estimé à quelques mois, et pour 6 d’entre eux des séquelles à vie sont à prévoir. Pour 39 cas, soit 13 %, il n’a pas été possible d’émettre des hypothèses quant au temps de guérison.

Printemps 2018, une militarisation accrue et une escalade de la violence

Blessing tente la traversée des Alpes au printemps 2018, dans un contexte de tensions accrues où l’on constate une intensification des pratiques de mise en danger.

Le Briançonnais, une zone-frontière montagneuse rendue dangereuse pour les personnes en migration par la présence et les pratiques de contrôle policier.

Entre mars et juin 2018, 14 cas de courses-poursuites de personnes exilées par les forces de l’ordre ont été documentés à la frontière briançonnaise. À cela s’ajoutent d’autres types de pratiques dangereuses, comme le fait de se cacher et de surgir brusquement pour prendre la personne par surprise (vécues par les personnes arrêtées comme des embuscades ou « guet-apens »). Ces pratiques multiplient les cas de chutes entraînant des blessures. Par ailleurs, outre les violations de droits, on constate une augmentation des violences verbales et physiques contre les exilé·es à l’intérieur du poste-frontière. Ainsi, comme le montrent les recherches de Sarah Bachellerie8Sarah Bachellerie, 2019, « Traquer et faire disparaître. La fabrique de l’invisibilité du contrôle migratoire à la frontière franco-italienne du Briançonnais », Mémoire de Master 2, la combinaison entre les pratiques de ciblage au faciès et les situations de mise en danger lors l’arrestation, fait que le contrôle policier de la zone-frontière s’apparente régulièrement à une traque des personnes en migration racisées à travers le massif montagneux9Voir : https://journals.openedition.org/rga/7208 in English : https://journals.openedition.org/rga/7248 .

Le 24 avril 2018, alors que la situation dans les Hautes-Alpes est rendue encore plus tendue par les actions du groupe d’extrême droite « Génération Identitaire »10https://www.mediapart.fr/journal/france/220418/dans-les-hautes-alpes-le-coup-de-com-des-identitaires-contre-les-migrants , le Ministère de l’Intérieur déploie dans la région des renforts de CRS ainsi qu’un escadron de gendarmerie mobile, l’escadron 28/1 de Drancy. Celui-ci a une triple mission : « lutter contre l’immigration irrégulière et clandestine », « déceler et interpeller les passeurs de migrants » et « contribuer au maintien de l’ordre ». Les gendarmes ont une directive formelle : « pas de mise en danger inutile », ce qui implique de « ne pas entamer de course-poursuite » et de « ne pas acculer » des personnes en fuite dans des zones à risques. Il leur est interdit de « prendre les pistes de skis, les pentes enneigées, de traverser les cours d’eau ou les ruisseaux ».

Cadre de la mission de l’escadron de gendarmerie mobile 28/1 de Drancy dans le Briançonnais au moment de la mort de Blessing Matthew. Source des données : Notes de Tous Migrants d’après l’enquête de police judiciaire.

La période de déploiement de l’escadron de Drancy dans les Hautes-Alpes correspond à une augmentation des témoignages de personnes exilées attestant de violations de droits ainsi que de mise en danger par les forces de l’ordre – gendarmerie mobile et PAF. La distribution chronologique de ces témoignages indique que les cas de violence se sont multipliés dans les semaines qui précèdent et suivent la mort de Blessing.

Dans la nuit du 6 au 7 mai 2018, deux patrouilles de l’escadron de Drancy, dirigées par les chefs R et N, sont postées dans la zone entre Montgenèvre et le col de l’Échelle lorsque leurs membres interpellent Blessing et ses compagnons de route à proximité de La Vachette.

Reconstitution des évènements du 7 mai 2018

De Clavière à La Vachette, les destins de Blessing, Hervé et Roland se croisent

C’est dans ce contexte de tension accrue que Blessing, Hervé et Roland, arrivé·es indépendamment l’une des autres, se sont rencontré·es le soir du 6 mai 2018 au refuge autogéré de Clavière, à proximité immédiate de la frontière. Il avait été ouvert en mars 2018 dans le sous-sol de l’église du village par des militant·es et des exilé·es pour en faire un point d’accueil et d’hébergement à un moment où la police aux frontières refoulait à Clavière les personnes en exil, souvent dans la nuit et le froid, les laissant sans assistance.

>>> LES TRAJECTOIRES D’HERVE S. ET ROLAND E.

La nuit du 6 mai, Blessing arrive à Clavière et rencontre Hervé S. et Roland E.

Hervé a quitté le Cameroun en 2016 avec sa femme et son fils pour échapper aux menaces qui pèsent sur lui. Ils et elle se sont rendu·es en Algérie, puis, devant la difficulté des conditions de vie, la famille a décidé de se rendre en Europe par la Libye. Lors de leur traversée de la Méditerranée, leur bateau a fait naufrage, et sa femme et son enfant ont perdu la vie. Seul survivant de la famille, Hervé a débarqué en Italie le 8 janvier 2018, à Catane, traumatisé. Il n’a pas reçu les soins dont il avait besoin et a quitté Catane pour Turin, où il a résidé un temps dans un centre d’accueil. Parlant le français, il a décidé d’aller en France, le pays vers lequel il se destinait depuis le début. Durant leur traversée de la frontière dans la nuit du 6 au 7 mai 2018, Hervé est resté a proximité de Blessing, la soutenant alors qu’elle avait du mal à marcher. Il justifie son geste ainsi : « J’ai essayé de faire pour Blessing ce que je n’ai pas pu faire pour ma femme et mon fils ».

Le récit de Roland, recueilli par Tous Migrants, est plus lacunaire, mais raconte qu’il est parti du Nigeria. Il est arrivé en Sicile en février 2017 par la Libye. Après être resté un peu de temps en Calabre et à Naples, il a pris la route vers Turin dans le but de passer la frontière italo-française.

Hervé se souvient de l’impression laissée par Blessing lors de leur rencontre : une « fille joyeuse » malgré un stress grandissant alors que l’heure du départ se rapprochait. Toutefois, comme le reste du groupe, Blessing gardait le moral, ne pensait pas « au pire » mais à la joie de retrouver les autres en France.

Selon les témoignages d’Hervé et Roland, c’est un peu avant minuit qu’ils et elle ont quitté Clavière dans un groupe de vingt-cinq personnes.

Le groupe part dans la forêt en direction de Briançon, dépasse le niveau du poste-frontière et s’éloigne plus haut dans la montagne. Blessing marche plus lentement et le groupe décide de se séparer, seuls Hervé et Roland restent avec elle. Blessing et ses compagnons ont ensuite continué leur chemin en marchant sur la route principale afin de ne pas s’égarer.

Selon l’enquête de police judiciaire à laquelle l’association Tous Migrant a eu accès, à 3 heures 50 la ligne téléphonique de Roland a activé des relais situés à moins de 2 kilomètres de La Vachette.

Vers 4 heures du matin, Blessing, Hervé et Roland arrivent à l’entrée du village de La Vachette d’où ils voient l’église qu’ils identifient comme un repère à proximité d’un refuge. C’est à l’entrée du village que la patrouille de gendarmerie mobile de Drancy a tenté de les interpeller.

À partir de cet instant, le récits des gendarmes et celui d’Hervé divergent fondamentalement. Nous analysons ces récits contradictoires l’un après l’autre.

Les déclarations des gendarmes : un tissu de contradictions

Dans le cadre de l’enquête de police judiciaire, les 11 gendarmes mobiles de l’escadron 28/1 de Drancy qui patrouillaient dans la zone-frontière la nuit de la mort de Blessing ont été entendus par les enquêteurs. À l’exception d’Hervé et Roland, ces gendarmes sont sans doute les dernières personnes à avoir vu Blessing Matthew vivante.

Dans la synthèse de ses conclusions, l’officier de police en charge de l’enquête a estimé que :

« L’ensemble des constatations et témoignages des protagonistes directs convergent pour exclure qu’il y ait eu guet-apens, course-poursuite et manquements aux obligations de sécurité et de prudence. »

Les enquêteurs ont considéré que les témoignages des gendarmes concordaient, qu’ils étaient plausibles et cohérents. Sur la base des éléments de cette enquête, le procureur de la République de Gap a classé la plainte sans suite pour absence d’infraction.

Or, en 2020, l’association Tous Migrants a analysé les témoignages des gendarmes recueillis dans le dossier pénal et répertorié de nombreuses imprécisions, incohérences et contradictions.

Sur la base des éléments fournis par Tous Migrants sous forme de notes, Border Forensics s’est rendu à La Vachette en octobre 2021 pour tester, dans l’espace, les déclarations des gendarmes. Grâce à la documentation vidéographique que nous avons réalisée, nous avons produit une analyse spatio-temporelle des récits des gendarmes.

Nous avons focalisé notre reconstitution sur les déclarations des six gendarmes mobiles de la patrouille dirigée par le Chef R. Dans la nuit du 6 au 7 mai 2018, la patrouille R travaillait dans le secteur entre Montgenèvre et Briançon.

Malgré les divergences entre les témoignages, nous avons identifié 4 étapes-clés qui structurent les récits des gendarmes. Nous avons analysé les contradictions qui émergent au cours de ces étapes les unes après les autres.

Etape 1 : LES GENDARMES APERCOIVENT 3 PERSONNES

(vidéo publiée prochainement)

Les gendarmes voient 3 silhouettes qu’ils identifient, dans le langage policier, comme des « ÉSI » « étrangers en situation irrégulière ».

L’« exposé des faits » de l’enquête de police judiciaire indique que les gendarmes ont aperçu les 3 « migrants » vers 6 heures du matin, « à hauteur de la Vachette », « alors qu’il faisait encore nuit ». Selon les enquêteurs, « les gendarmes se sont clairement identifiés à haute voix, les migrants ont voulu se soustraire au contrôle en prenant la fuite en ordre dispersé vers le centre du village de La Vachette en profitant de la nuit encore épaisse à cette heure-là ». Or, les témoignages des gendarmes diffèrent sur l’heure à laquelle a eu cet événement : certains placent la scène à 5 heures 20 du matin, alors qu’il faisait encore nuit, d’autres à 6 heures du matin, quand il faisait déjà jour.

Les déclarations des gendarmes se contredisent également sur l’emplacement des trois silhouettes aperçues et leur propre emplacement au moment où ils les ont aperçues. Enfin, certains gendarmes déclarent avoir suivi les personnes à pied, alors que d’autres décrivent une poursuite en voiture vers le centre du village.

Ainsi, dès cette première étape, nous voyons que de nombreuses contradictions ont été occultées dans les conclusions de l’enquête de police judiciaire, et que la possibilité qu’il y ait eu une poursuite est effacée dans les conclusions de l’enquête.

Etape 2 : LES GENDARMES ET LES MIGRANT·ES SE SÉPARENT

Dans le centre du village, les gendarmes se sont nécessairement retrouvés devant le pont goudronné qui traverse la Durance. Tous, sauf le chef R, affirment avoir pénétré dans le village en voiture. Or, les trois passagers d’une même voiture tiennent trois discours divergents.

Sans tenir compte de ces contradictions, l’enquête de police judiciaire établit que les migrants se sont « dispersés en courant dans la nuit », sur la rive droite de la Durance.  Selon les enquêteurs, grâce à l’action des gendarmes, les migrants auraient traversé le pont, allant plus loin vers le centre du village et s’éloignant ainsi de la rivière dangereuse. Les enquêteurs utilisent cet argument pour écarter la possibilité que les gendarmes aient mis en danger les fuyards.

Pourtant, aucun gendarme ne prétend que les 3 personnes sont allées en rive droite. Les trajectoires qu’ils décrivent à cet endroit sont totalement différentes.

Ainsi, alors que l’enquête de police judiciaire place les 3 « migrants » en rive droite, aucune gendarme ne décrit les événements de cette manière : pour trois gendarmes (R1, R2 et R3), deux silhouettes sont allées en rive gauche et un seul en rive droite. Dans leurs déclarations, la patrouille R s’est séparée en plusieurs groupes pour chercher ensuite les silhouettes sur chacune des deux rives : mais la composition des équipes est différente selon chacun de leur témoignage.

Pour les trois autres membres de la patrouille (le chef R et les deux conducteurs R4 et R5), les « migrants » n’ont pas du tout été vus dans le village. Les deux conducteurs disent que les six gendarmes ont traversé le village en voiture jusqu’à l’église sans voir personne, plaçant ainsi tous les membres de la patrouille en rive droite.

Ainsi, l’enquête de police judiciaire, en plaçant les « migrants » et les gendarmes en rive droite, n’a pas pris en compte la divergence des récits. De plus, contrairement à ce qu’a retenu l’enquête de police judiciaire, plusieurs gendarmes décrivent les migrants se rapprochant de la rivière, précisément parce qu’ils sont poursuivis.

Etape 3 : LES GENDARMES APERÇOIVENT UN INDIVIDU PRÈS DE L’EGLISE ET TROUVENT UN SAC À DOS

(vidéo publiée prochainement)

Les conclusions de l’enquête de police judiciaire établissent que, « à aucun moment », les gendarmes n’ont été en contact avec les migrants dans le village. Or, plusieurs gendarmes indiquent avoir vu et interpellé verbalement un individu près de l’église. 

R2 et R3 disent avoir effectué des recherches près de l’église avec leurs collègue R1 et le chef R, puis à ce même endroit ils ont interpellé verbalement un individu et trouvé un sac à dos.”

En revanche, ni le chef R, ni R1, ne parlent de recherches effectuées près de l’église, ni d’avoir vu un individu, ni trouvé un sac à dos à cet endroit.

Quant aux deux conducteurs R4 et R5, ils déclarent avoir fait un tour en voiture, durant lequel ils sont restés en contact radio tout le long avec leurs collègues, qui ne leur ont pas signalé avoir vu un individu, mais en revanche ont trouvé un sac à dos. Ainsi, dans cette étape 3, à nouveau, les conclusions de l’enquête de police judiciaire ont occulté les nombreuses contradictions qui opposent les déclarations des gendarmes.

Etape 4 : LES GENDARMES APERÇOIVENT DES SILHOUETTES EL FOND DES RECHERCHES EN RIVE GAUCHE

(vidéo publiée prochainement)

La dernière étape consiste en une période de recherches d’une durée floue, que certains gendarmes situent en rive gauche, jusqu’à l’arrivée en renforts de la patrouille N.  Selon les conclusions de l’enquête de police judiciaire,« les gendarmes ont scruté les berges de la Durance avec attention », mais « n’ont détecté aucune présence ».

Pourtant, certains gendarmes disent avoir aperçu des silhouettes : selon le chef R, il s’agit d’une seule silhouette, qu’il ne localise pas sur une rive ou une autre ; selon le gendarme R3, il s’agit de deux silhouettes en rive gauche de la Durance, allant en direction de Briançon.

Aucun autre gendarme ne mentionne ces silhouettes. Alors que R3 prétend être allé sur les bords de la Durance en rive gauche avec ses collègues pour les rechercher, ces derniers placent cette séquence de recherche dans une lisière de bois, en-dehors du village.

Les deux conducteurs, R4 et R5, n’évoquent jamais que la patrouille a quitté la rive droite. Selon eux, cinq minutes après la découverte du sac à dos, la patrouille N a retrouvé la patrouille R directement dans le centre du village près de l’église.

Ainsi, alors que l’enquête de police judiciaire, en situant les recherches des gendarmes sur les rives immédiates de la Durance, à la recherche des migrant-e-s et dans l’intention de les protéger, efface à nouveau les multiples différences temporelles et spatiales entre les témoignages des gendaermes.

Notre analyse fait émerger des contradictions majeures entre les déclarations des gendarmes, qui se révèlent impossibles dans le temps comme dans l’espace. Nous montrons que l’enquête de police judiciaire a quasi systématiquement effacé ces contradictions. Nous mettons ainsi en doute les déclarations des gendarmes sur lesquelles se fonde l’enquête de police judiciaire, et donc les conclusions de celle-ci, en particulier concernant l’absence de course-poursuite et de mise en danger. L’absence de course-poursuite et de mise en danger est également mise en doute par le constat que ces pratiques policières sont récurrentes à la frontière briançonnaise.

Le témoignage d’Hervé S. : la poursuite et la chute de Blessing dans la Durance

Hervé, un des compagnons de route de Blessing, n’a jamais été entendu dans le cadre de l’enquête de police judiciaire : celle-ci ne lui attribue que quelques propos lacunaires lors d’une conversation téléphonique, qu’Hervé nie avoir eue avec les gendarmes enquêteurs. Son témoignage dans le cadre de notre contre-enquête apporte ainsi une nouvelle lumière sur les événements.

>>> L’enchaînement des événements selon Hervé S.

Nous avons reconstitué le témoignage d’Hervé, essentiel pour avancer dans la recherche de vérité pour Blessing, en combinant plusieurs méthodologies.

Premièrement, en octobre 2021, nous nous sommes rendu·es à La Vachette avec Hervé pour documenter in situ son témoignage. Revenir sur les lieux constitue un « dispositif mnémonique », central dans une méthode d’architecture forensique, qui aide les personnes à « se remémorer les incidents obscurcis par le caractère extrêmement brutal et traumatisant de leur expérience »11Eyal Weizman, 2021, La vérité en ruines. Manifeste pour une architecture forensique, La Découverte, p.65.. Notre dispositif a consisté à positionner des figurant·es incarnant dans l’espace les personnes évoquées, et une caméra de manière à tester ce que Hervé a pu voir à différents moments de son récit. La caméra a pu vérifier qu’il était possible de voir tout ce qu’il décrivait. Ce faisant, nous avons généré, à travers la vidéo, les images manquantes des événements du 7 mai 2018.

Deuxièmement, nous avons créé un modèle photogrammétrique (3D) du village de La Vachette afin de reconstituer les conditions de luminosité au moment des événements, que nous avons re-vérifiées avec Hervé.

Troisièmement, nous avons produit une analyse cartographique du témoignage d’Hervé pour mieux comprendre l’enchaînement des évènements dans l’espace et dans le temps. Dans cette étape d’analyse, nous avons également confronté et corroboré le récit d’Hervé avec d’autres éléments de preuve. Grâce à ce processus, nous avons reconstitué dans l’espace les circonstances décrites par Hervé comme ayant mené à la mort de Blessing.

Contrairement aux déclarations floues et contradictoires des gendarmes, le récit d’Hervé est précis et cohérent. Il est par ailleurs corroboré par plusieurs éléments : d’une part les témoignages de Roland E. et de Jérôme P., qui résidait à proximité de l’église de La Vachette au moment des faits ; d’autre part, par plusieurs éléments matériels, tels que l’heure d’appel de Roland et celle à laquelle s’allume l’éclairage public. De plus, les pratiques qu’il décrit de course-poursuite par les gendarmes ont été documentées de manière récurrente à la frontière. Le récit d’Hervé apparaît donc au regard de notre analyse comme crédible, et les évènements qu’il décrit plausibles.

Notre analyse spatio-temporelle du récit d’Hervé contredit fondamentalement les résultats de l’enquête de police judiciaire. En décrivant, pour la première fois, et avec précision, les circonstances et la localisation de la chute de Blessing et l’implication des gendarmes dans celle-ci, ce témoignage apporte une lumière nouvelle sur les faits et constitue une avancée fondamentale dans la recherche de vérité pour Blessing.

Ni le récit des gendarmes, ni celui de Roland, ni celui d’Hervé ne permettent de savoir ce qui est arrivé à Blessing entre le moment de sa chute dans la Durance et celui où son corps a été retrouvé au barrage de Prelles, 13 kilomètres en aval. Un élément de l’enquête de police judiciaire rend cette obscure partie des faits encore plus troublante : une veste noire et un foulard coloré ont été retrouvés par les gendarmes enquêteurs sous une passerelle en amont du point de chute de Blessing. Or cette veste et ce foulard correspondent à la description faite par Roland et Hervé des habits que portaient Blessing jusqu’au moment de sa chute dans l’eau.

Qu’est-il arrivé à Blessing après sa chute ? Comment sa veste et son foulard ont-ils pu se retrouver en amont du point où Hervé témoigne l’avoir vue tomber ? Comment le corps de Blessing est-il arrivé au barrage de Prelles, 13 kilomètres plus loin ?

Seule la réouverture de l’instruction judiciaire pourra apporter une réponse définitive à ces questions et faire la lumière sur cette partie encore obscure des faits.

Conclusions

Notre analyse a apporté de nouveaux éléments fondamentaux concernant les circonstances de la mort de Blessing qui remettent en cause les conclusions de l’enquête de police judiciaire.

Premièrement, en analysant dans l’espace et le temps les déclarations des gendarmes, nous avons démontré leurs contradictions et incohérences alors même que l’enquête de police judiciaire a considéré que « l’ensemble des constatations et témoignages des protagonistes directs convergent pour exclure qu’il y ait eu guet-apens, course-poursuite et manquements aux obligations de sécurité et de prudence ». Nous avons démontré que l’absence de course-poursuite n’est pas prouvée par ces déclarations. Par ailleurs, les pratiques de mise en danger observées de manière récurrente à la frontière renforcent les raisons de mettre en doute les conclusions de l’enquête.

Deuxièmement, nous avons analysé un nouvel élément fondamental : le témoignage in situ d’Hervé S., un des compagnons de route de Blessing. Ce témoignage n’avait pas été recueilli dans le cadre de l’enquête : celle-ci n’attribue à Hervé que des propos lacunaires lors d’une conversation téléphonique, qu’il nie avoir eue, avec les gendarmes enquêteurs. Nous avons démontré que ce nouveau témoignage, contrairement aux déclarations des gendarmes, est précis et cohérent dans l’espace et dans le temps, ce que nous avons pu vérifier en le reconstituant in situ à La Vachette. Il est par ailleurs corroboré par d’autres éléments de preuve, dont le témoignage de Roland E. et de Jérôme P., ainsi que par des éléments matériels. De plus, les pratiques de course-poursuite et de mise en danger, documentées dans les Hautes-Alpes comme étant récurrentes à cette période, correspondent à celles décrites par Hervé, ce qui rend son témoignage plausible et d’autant plus crédible.

Bien que nous ne puissions prouver de manière définitive quel a été l’enchaînement des faits ayant mené à la mort de Blessing, notre mise en cause des conclusions de l’enquête ainsi que les nouveaux éléments que nous apportons dans la compréhension des faits justifient la demande de réouverture de l’enquête, qui seule pourra apporter une confirmation définitive des faits et déterminer quels sont les responsables de la mort de Blessing.

Faire la lumière sur les conditions ayant mené à la mort de Blessing est d’abord essentiel pour sa famille. Selon Christiana Obie, la sœur aînée de Blessing, tant que sa quête de vérité et de justice n’aura pas aboutie, Blessing « continuera de hurler ».

Par ailleurs, Hervé S., expose les enjeux de cette contre-enquête, au delà du seul cas de la mort de Blessing : « Nous, les immigrants à la frontière, on nous prend comme des animaux. Blessing c’est pas la première fois. Peut-être on va camoufler beaucoup de choses, il y a beaucoup d’autres personnes qui sont passées dans cette même situation. Et je n’aimerais pas que demain, après-demain, ça se reproduise encore sur d’autres qui vont arriver. »

En effet, comme nous l’avons démontré, les morts de personnes en migration à travers les Alpes sont récurrentes. Depuis 2015, 46 cas ont été documenté à la frontière franco-italienne. Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, aucun acteur n’a été reconnu responsable de ces morts. C’est aussi du fait de cette impunité que se perpétuent les pratiques de contrôle mettant en danger les vies des personnes dont la mobilité est illégalisée et que la liste des mort·es continue de s’allonger. Alors que, quatre ans après les faits, la famille et l’association Tous Migrants continuent à demander vérité et justice pour Blessing, honorer cette demande serait une étape importante pour mettre fin à cette impunité, et pour faire cesser les pratiques mortifères de contrôle des frontières.

La tombe de Blessing à Saint-Martin-de-Queyrières.

Équipe de recherche

Border Forensics

Direction de la recherche : Charles Heller et Lorenzo Pezzani

Recherche : Sarah Bachellerie (doctorante, laboratoire Pacte et Université Grenoble Alpes), Cristina Del Biaggio (enseignante-chercheuse, laboratoire Pacte et Université Grenoble Alpes)

Cartographie et animations : Svitlana Lavrenchuk et Giovanna Reder 

Collaborateurs et collaboratrices

Photogrammétrie : Nicolas Robinet (Laboratoire Pacte)

Animation 3D : Alican Akturk

Analyse sonore : Pau Santamaria, Eduardo Manzano, Jack Naumann et Grant Waters de Anderson Acoustics

Design sonore : Zelig Sound

Réalisation images documentaires et caméra : Frédéric Choffat

Assistant réalisation : Robin Chappatte

Prise de son : Clara Alloing

Montage images documentaires : Amanda Cortes

Mixage son : Martin Stricker

Voix off : Séréna Naudin

Transcription : Zeno Roux-Lafaye

Traduction: Isabelle Saint-Saëns, Mélanie

Remerciements

L’analyse de Border Forensics a été rendue possible par les contributions de multiples actrices et acteurs. 

Nous remercions tout d’abord : Tous Migrants, avec qui nous avons intensément collaboré dans le cadre de cette enquête et sans qui cette contre-enquête n’aurait pas été possible ; Hervé S. dont le témoignage a constitué une avancée fondamentale dans la recherche de la vérité ; les sœurs de Blessing, Christiana Obie et Happy Matthew, à travers qui nous avons pu entrevoir la personne et la vie de Blessing Matthew.

Pour leur apport à notre compréhension des conditions de la rivière de la Durance et leur influence dans la mort de Blessing, nous remercions Salvador Navarro-Martinez et Giorgio Manni (Gruppo Sub Verzasca, Suisse).

Pour leurs apport à la production de la base de données concernant les  mort·es aux frontières alpines, nous remercions : Filippo Furri, Uršula Čebron Lipovec, Marijana Hameršak, Geert Arts, Davide Rostan, Piero Gorza. 

Pour les statistiques sur les arrivées à Briançon et l’état de santé des exilé·es ayant traversé la frontière franco-italienne, nous remercions Chloé Lecarpentier, Agnès Peltier, Refuges Solidaires. 

Pour la partage de leur expertise concernant les techniques forensiques, nous remercions : Christina Varvia, Nickolas Masterton, Ariel Caine, Francesco Sebregondi, Stefanos Levidis, Mark Nieto, Avi Varma.

Cette contre-enquête est dédiée à la mémoire de Blessing ainsi que de tous celles et ceux qui ont été victimes de violence aux frontières alpines.

Press Coverage

30.05.2022 | fr | Mediapart
Mort de Blessing, 20 ans, à la frontière : un témoin sort de l’ombre pour accuser les gendarmes

30.05.2022 | fr | Mediapart
Mort de Blessing Matthew : les gendarmes mis en cause

30.05.2022 | fr | France Info
Mort d’une jeune migrante dans les Alpes : quatre ans après, un nouveau témoignage met en cause la version des gendarmes

30.05.2022 | fr | Dici
4 ans aprés la noyade de Matthew Blessing retrouvée dans la Durance, Tous Migrants demande la réouverture de l’instruction

30.05.2022 | fr | Alpes Sud
Hautes-Alpes : la mort de Blessing Matthew, une affaire judiciaire qui n’est pas si close que ça

30.05.2022 | fr | France 3
Hautes-Alpes : mort d’une jeune migrante à la frontière en 2018, un témoin accuse les gendarmes

30.05.2022 | fr | Dauphiné Libéré
Décès de Blessing Matthew : sa sœur et Tous migrants espèrent relancer l’enquête

30.05.2022 | fr | Dauphiné Libéré
Décès de Blessing Matthew en 2018 : “La seule chose que je veux, c’est la justice”

30.05.2022 | fr | BFM TV (local antenna)
Mort d’une Nigériane, noyée dans les Hautes-Alpes: demande de réouverture de l’enquête

30.05.2022 | it | Redattore Sociale
Blessing e le altre vittime di confine: così la frontiera uccide tra Italia e Francia

31.05.2022 | fr | France Inter
Un petit soldat ukrainien en peine de coeur et épuisé par la boue des tranchées a renoncé à vivre, le Figaro.

31.05.2022 | fr | La Provence
Immigration : ils demandent justice pour Blessing, morte dans la Durance

31.05.2022 | fr | Ouest France
Mort d’une exilée nigériane dans les Alpes : un témoignage inédit mettrait en cause les gendarmes

31.05.2022 | fr | Le Courrier de l’Atlas
Mort d’une migrante à la frontière franco-italienne : un nouveau témoignage conteste la version des gendarmes

31.05.2022 | fr | Ram 05 – Radio Libre
Mort de Blessing Matthew : les parties civiles annoncent avoir obtenu un témoignage inédit

31.05.2022 | fr | Nouvel Obs
Quatre ans après la mort d’une exilée nigériane dans les Alpes, une réouverture de l’enquête demandée

31.05.2022 | it | Carta di Roma
Blessing e le altre vittime di confine: così la frontiera uccide tra Italia e Francia

01.06.2022 | fr | L’Humanité
Révélations accablantes sur la mort de Blessing

01.06.2022 | it | Altreconomia
Le nuove prove sulla morte di Blessing Matthew al confine italo-francese

02.06.2022 | FR | Alp’ternatives
La mort neuve de Blessing Matthew

03.06.2022 | FR | Basta!
Mort d’une exilée à la frontière franco-italienne : un témoignage pointe la responsabilité des forces de l’ordre

Footnotes

Publication Date

May 30, 2022

Date of incident

07.05.2018

Location

La Vachette, Hautes-Alpes, France

Forums

enquête en ligne, médias, présentations publique 

Collaborators

Tous Migrants

Methodologies

Analyse spatio-temporelle
Témoignage in situ
Photogrammétrie
Modélisation 3D
Analyse statistique

Additional Funding

European Cultural Fund
Rosa Luxemburg Stiftung
Investigative Journalism for Europe
Ville et Canton de Genève
Pro Helvetia
Utopiana

Tags

Alps, In situ testimony, police violence

EN